Instameet au coeur de la Perle du Limousin

A l’occasion de « Zebiginstameet » organisé le 25 Mai 2019 par les offices de tourisme locaux et l’équipe de « igerscorreze », je suis partie à la découverte d’Uzerche, ville médiévale de Corrèze, poétiquement surnommée « Perle du Limousin ».

Cela fait depuis peu de temps que je participe à des instameets (les fameuses rencontres entre instagrameurs et offices/comités de tourisme) et je dois dire que celui-ci était une aubaine incroyable ! Non seulement les réservations étaient très limitées au vu de l’importance de l’événement : 3 programmes pour une seule journée, le tout accessible à plus ou moins 50 chanceux. Mais en plus, nous avons été accueillis et chouchoutés comme des rois. Donc oui, j’ai été véritablement honorée de faire partie de cet instant complètement fou ! Je le dis, je le répète : c’est un privilège ! Bon, je ne vais pas partir dans des tergiversations qui durent deux heures, vous l’aurez compris : cet instameet était vraiment un pur moment de bonheur !

Passons maintenant aux choses sérieuses ! Si vous êtes prêts à me suivre pour une visite d’Uzerche, ne tardons pas et embarquons dès maintenant. La promenade se découpe en trois temps : d’abord je vous ferai découvrir la ville et ses trésors remarquables, nous partirons ensuite à la rencontre de l’Alchimiste, puis nous boucleront le tour en suivant les bords de la Vézère jusqu’à la Graffiterie.

Uzerche et ses trésors remarquables

Au départ de l’hôtel Teyssier, qui nous a accueilli pour le petit déjeuner, un regard vers le pont Turgot puis nous nous dirigeons en direction de l’avenue du Général Leclerc. De là, nous pouvons déjà avoir un aperçu quant au passé historique d’Uzerche, notamment en ce qui concerne son statut d’ancienne sénéchaussée. La façade arrière de l’hôtel du Sénéchal s’offre donc à nos yeux, ce bâtiment qui autrefois abritait les appartements de celui qui fût officier royal de justice.

Toujours en suivant l’avenue, impossible de rater ces deux imposantes tourelles qui entourent le château Pontier. Datant du XVIème siècle il fût l’hôtel de la famille Besse du Peyrat. Son orientation offre un très large panorama sur la Vézère coulant en contre-bas.

A l’approche du centre de la ville et de la rue Gabriel Furnestin, c’est l’ancien collège (accueillant aujourd’hui diverses associations en ses murs) qui nous salue de toute sa hauteur et de ses nombreuses fenêtres. En parlant de la rue Furnestin, jetez un oeil aux portes ! Certaines datent du XVIIème siècle et ont un encadrement de granit sculpté.

Au fond de la rue, nous apercevons la porte Bécharie (XIVème siècle), la seule subsistant sur les neuf autres qui entouraient la ville médiévale. Attenant à cette porte : l’hôtel de Cladat, plus couramment appelé « château Bécharie ». En prenant l’escalier, nous nous retrouvons dans le jardin du château, idéal pour un instant de repos au frais ou une pause lecture.

Maintenant, je vous emmène jusqu’à la Place des Vignerons pour découvrir l’hôtel Joyet de Maubec. Outre le fait qu’il est super bien situé, que l’ensemble du bâtiment est hyper chaleureux, que les propriétaires sont adorables…je me dois de faire un gros focus sur la philosophie de l’établissement. Je pense que vous connaissez mon amour pour la nature et vous savez que je n’hésite pas à faire passer le bonheur des animaux avant mon propre intérêt. Eh bien à l’hôtel Joyet de Maubec, c’est exactement pareil ! Si vous avez des compagnons poilus, à plumes, à deux ou quatre pattes et que vous décidez de séjourner ici, soyez rassurés, ils sont les bienvenus ! En plus de ça, ils pourront même faire la connaissance de la mascotte des lieux : un adorable beagle répondant au nom de Oméga. La petite chienne possède même un compte instagram, ce dernier ayant pour but de valoriser l’intégration de nos petites bestioles adorées dans les hôtels. La démarche des propriétaires est de dire que « si Oméga peut faire ça ici, alors les autres animaux le peuvent également ». A mes yeux, cette façon de voir les choses est très importante dans la mesure où cela permet de lutter contre les abandons, particulièrement accrus en période de vacances. C’est évidemment un point crucial qui me déciderait à réserver dans cet hôtel plutôt que dans un autre.

Alors que nous nous dirigeons dès à présent vers le coeur même d’Uzerche, nous croisons la Tour du Prince Noir et la chapelle Notre Dame de Bécharie. Arrivés Place de la Libération, c’est l’abbatiale Saint Pierre (XIème et XIIème siècles) qui nous tend les bras. Sa grandeur impressionne et embrasse les autres bâtiments. Par l’extérieur du monument, nous avons accès à une crypte datant du XIème siècle, ainsi qu’au jardin où se situait autrefois le cloître. Avez-vous vu Lilou, assise sur son mur ? N’hésitez pas à aller à sa rencontre, elle est sympathique !

La découverte du centre historique touchant à sa fin, il est temps de laisser place à un repas champêtre. Nous nous dirigeons vers un lieu propice pour partager une collation dans la joie et la bonne humeur : le vieux collège et son « escalier infernal » (qui a donné lieu à un petit défi photos). Le préau du bâtiment où nous nous installons est assez original avec ses graffitis plein d’humour !

Il nous reste une toute dernière boucle pédestre à travers la ville avant de rejoindre la deuxième étape de l’instameet : l’atelier de l’Alchimiste ! C’est aussi le moment de vous faire découvrir quelques panoramas et lieux insolites. Tout d’abord, rendez-vous avec cette vue imprenable sur Uzerche depuis le faubourg Sainte-Eulalie (suivre la D3 sur Fbg Sainte-Eulalie et prendre le chemin « Cité Lumière Panorama » en face du numéro 33). Puis il y a également l’ancienne tannerie reconvertie en petit bar, salle de concerts. Un lieu pour lequel j’ai eu un véritable coup de coeur ! J’adhère complètement à ce côté « comme à la maison » avec l’ambiance années 68 à 80. Du « very old school » du sol au plafond !


L’atelier de l’Alchimiste : « je suis verre »

Nouvelle étape dans ce super instameet : pour faire suite à une matinée placée sous le signe de l’histoire et de l’architecture uzerchoise, l’après-midi, lui, est consacré à l’art et à la poésie. En effet, nous filons en direction du numéro 24 de la Rue Pierre Mouly, où se situe l’Alchimiste, petit paradis du verre soufflé. C’est ici que nous rencontrons Julie, fière de partager les mystères entourant sa passion. Elle nous propose des démonstrations de créations, nous présentant ainsi l’essentiel de son travail et différentes techniques pour souffler le verre.

Au-delà d’un métier incroyable, je trouve que le maniement du verre est fascinant, magique ! Il inspire à tellement d’antagonismes. De la brutalité dans la fusion des matériaux, de la douce poésie dans la création de parfaits objets. Ces mêmes objets qui peuvent être immenses mais si fragiles, ou au contraire, minuscules et solides comme le roc. Chez l’Alchimiste nous retrouvons principalement des œuvres sphériques (suspensions, luminaires, etc) dédiées à la décoration intérieure et extérieure. Julie créé également toutes sortes de fleurs, d’animaux et même des bijoux ! Je dois l’avouer : j’adore l’artisanat, le verre étant l’un de mes péchés mignons. Ayant visité plusieurs ateliers, je n’ai jamais eu la volonté de résister. A chaque fois, il m’a fallu repartir avec plusieurs pièces permettant d’enrichir ma collection et de valoriser les créateurs. Autant vous dire que cette fois, je n’ai toujours pas su dire non aux colliers, ni aux boucles d’oreilles ! Outre le fait d’aimer posséder du fait-main, je suis très sensible au caractère unique de toutes ces choses. Certainement une façon d’affirmer mon côté anticonformiste !

Rendez-vous sur lalchimiste-souffleusedeverre.com et Facebook pour une découverte complète du fabuleux métier de Julie, notre souffleuse de verre.

Uzerche secrète et artistique : des bords de la Vézère jusqu’à la papeterie

A mes yeux, le clou de la visite de la « perle du Limousin », c’est évidemment le site de l’ancienne papeterie de la ville. Un endroit pour lequel, la découverte se savoure ! Avant de plonger corps et âme dans son univers, il faut profiter d’une dernière balade le long de la Vézère, à pieds ou en canoë. Rendez-vous donc sur le parking de la Petite Gare (11 rue Paul Langevin) où nous nous étions retrouvés le matin même. Il y a quelques années, ce point de ralliement desservait la ligne Paris-Orléans-Corrèze. Aujourd’hui, conservant toujours son esprit de voyage, cette petite gare fait office de point de départ à quelques randonnées (comme celle-ci). C’est donc d’ici que nous avons de nouveau fait chauffer les crampons des baskets, pour filer vers la base de loisir de la Minoterie (plus d’infos par ici). But de la manœuvre : rejoindre l’éco-quartier de la Papeterie en canoë. Du moins pour les plus motivés d’entre nous ! Entretenant un bon rhume depuis quelques jours, j’ai préféré renoncer à l’idée de voguer sur l’eau…même si j’en avait terriblement envie. Avec le reste de la petite troupe qui n’avait pas souhaité faire du canoë, nous avons repris le rythme de la promenade en continuant de longer la rivière, pour arriver jusqu’aux pieds d’un hangar.

Bâtiment aux allures de friche industrielle, celui-ci nous accueille avec une figure majestueuse et gigantesque, qui semble en garder l’entrée. Plus nous nous approchons et plus les détails de l’oeuvre nous saisissent. Ce regard qui nous transperce, cette empreinte indélébile de l’artiste YZ (prononcer « eyes »). Dès nos premiers pas, avant même de pénétrer dans cet immense hangar, la magie du lieu nous entoure. De mon côté, plus j’avance pour découvrir les graffitis, plus une envie de danser m’envahit. Il est vrai que c’est le lieu idéal pour créer. Mais d’ailleurs, comment un tel endroit s’est retrouvé à devenir l’antre des artistes de rue ?

Retour en Septembre 2017. A l’occasion d’une semaine festive, pleine de créations, quinze artistes de sont passés le mot pour redonner des couleurs à une partie de l’ancienne papeterie. Une occasion d’interpeler les néophytes, ou les personnes réticentes face au monde du street art, et ainsi, leur permettre d’apprivoiser cette forme nomade d’art. Encore à ce jour, cette antre artistique continue de propager une magnifique expression visuelle à travers des créations de tous styles et toutes tailles. Quoi de mieux qu’une série de photographies pour illustrer mes propos ?!

La visite d’Uzerche touche à sa fin. J’espère que le résumé de cette journée vous aura donné l’envie de partir, à votre tour, à la découverte de ce bijou corrézien. Et pour finir de vous convaincre d’organiser une virée, très prochainement, rendez-vous sur Instagram en suivant le hashtag #zebiginstameet. Vous retrouverez ainsi tous les clichés capturés par les instagrameurs sur l’ensemble des trois parcours proposés ce jour.

La parole est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.