Une jolie valise avant le départ

Raconter ses derniers voyages, montrer les jolies photos des vacances au bout du monde… OK, ce sont des choses sympas à faire. Ne pensez-vous pas qu’il est avant tout nécessaire de revenir à l’essentiel, et de parler de cette chose que nous faisons avant de partir ? Vous ne voyez pas où je veux en venir ? Et si je vous évoque le mot « valise », cela éclaire-t-il votre lanterne ? REMPLIR VALISE ! Oui, la valise, cette chose à la base de tous nos déplacements !

Au cours de cet article, je vous donne quelques pistes à suivre afin d’utiliser au mieux, celle qui vous accompagnera partout, quelle que soit la destination. Le but étant bien évidement, de remplir un bagage de la façon la plus efficace, sans devoir trainer toute votre maison sur le dos. Ici, on pense donc essentiel et praticité ! Les exemples de compositions sont avant tout non exhaustifs. À vous alors de les moduler selon vos besoins, selon la saison, le lieu et la durée du séjour.

« Sac », « valise », « bagage », « valoche », « baluchon »…peu importe son appellation, c’est en toute logique, LA première chose essentielle à avoir sous la main.

SA TAILLE : elle va de fait dépendre de la durée e votre séjour. Si vous partez 3 jours, il ne sera pas nécessaire de vous encombrer de la grosse valise, qui pèse quinze tonnes, et qui prend tout l’espace dans la soute d’un bus. À l’inverse, si vous partez 6 mois, évitez de prendre un contenant où vous n’y logerez à peine deux paires de chaussettes.

ON Y MET QUOI DEDANS ? C’est ici que nous rangeons pas moins de 95% des affaires que nous souhaitons embarquer dans notre périple. En ce qui me concerne, que mon séjour s’étale juste sur un weekend ou sur un mois, je ne m’embarrasse jamais de la panoplie parfaite du voyageur haut de gamme avec le sac pour les chaussures, le sac pour les chapeaux, la mallette pour les bijoux, celle pour le maquillage… Bref, vous voyez le genre ! Si vous souhaitez gagner un maximum de place, le fameux grand sac de voyage est idéal pour servir de contenant à l’ensemble de vos affaires. De cette façon, tout est groupé, et vous, vous vous encombrez au minimum. Je vous ai rédigé un exemple de check-list qui m’a servi pour un séjour en Espagne (en été pendant une semaine). Le choix des habits ne concernent que vos goûts personnels évidemment. Dans cet exemple, j’avais opté pour des tenues décontractées à mettre lors des trajets en voiture et des visites. Les autres ont servi pour les sorties (restaurant, boîte de nuit, etc). J’avais également anticipé le fait que la météo puisse en faire des siennes (un sweat ou un gilet pour des journées moins chaudes, un k-way pour des jours pluvieux). Le choix des chaussures est aussi très important (bien que cela coule de source !) : une paire pour la marche dans laquelle on se sent à l’aise et qui s’adapte à tout type de terrain, une autre paire idéale à la fois pour la plage et les sorties. Concernant le reste des vêtements et notamment des sous-vêtements, cela relève de la logique pure.

ON FAIT QUOI DU RESTE ? Si vous êtes organisés et que les habits sont bien rangés, il restera forcément de la place dans le sac pour mettre le reste des affaires (trousse et affaires de toilette, trousse sanitaire, accessoires divers etc). Le mieux est quand même d’avoir un sac (ou valise) avec plusieurs poches (compartiments) afin de chaque chose ait une place définie. Cela vous évitera de devoir tout vider, juste pour retrouver la paire d’écouteurs qui s’est « malencontreusement-logée-dans-la-poche-du-jean-qui-au-fond-de-la-valise-et-que-vous-réserviez-uniquement-en-cas-de-pluie ». Autrement dit, plus c’est gros et utile et plus nous utiliserons le compartiment principal. A contrario, plus c’est petit et pas forcément vital : nous allons alors privilégier les poches annexes.

À mes yeux, la trousse de toilette reste l’un des plus grands luxes, surtout en voyage. Nous n’avons pas tous le loisir de loger dans des endroits avec le confort auquel nous sommes habitués au quotidien. Pour ma part, la grande majorité de mes roadtrips se résument à bivouaquer 98% du temps. Il est rare que je me retrouve avec un véritable toit sur la tête, une vraie chambre, une réelle salle de bain. Il va de soi que ma trousse de toilette est un inconditionnel dans mon rituel journalier (au réveil pour me redonner quelques couleurs, au coucher pour effacer la fatigue de la journée). Puis, pour les voyageurs plus traditionnels : vous verriez-vous partir et ne pas pouvoir vous brosser les dents (rien que ça) pendant plusieurs jours ? Moi non ! De ce fait, le kit de survie hygiénique est fondamental ! Évidemment, il n’est pas question de dévaliser l’ensemble du rayon cosmétique de votre supermarché. N’oubliez pas que des vacances peuvent aussi être le moment idéal pour laisser votre peau, votre corps se reposer également. Ne prenez donc que le minimum vital qui permettra de ne pas alourdir votre valise mais qui vous donnera toujours la satisfaction d’être au top de la propreté et du bien-être. Dans la liste ci-contre, je mentionne le baume à lèvres : cela peut remplacer le rouge à lèvres (d’autant plus que certains sont colorés). Et faute de baume à lèvres, le gloss est aussi le bienvenu. Concernant le shampooing et le gel douche, il y a des produits qui font les deux et qui en plus, sont biologiques, hypoallergéniques, et se dégradent dans la nature de façon écologique (ils ne sont pas donnés en terme prix, c’est sûr, mais ça vaut le coup). Question maquillage, j’en prends toujours un peu pour d’éventuelles soirées : crème hydratante, poudre libre matifiante, stick anti-imperfections, mascara, parfum…ET-C’EST-TOUT. Pour le démaquillage ? J’utilise mon démaquillant chouchou et des lingettes réutilisables.

Cette trousse est un élément que je juge primordial de mettre dans la valise. Ne sachant jamais réellement ce qui peut arriver, c’est toujours utile d’avoir un starter pack contre les bobos de tous les jours (surtout si on est du genre casse-coup ou que l’on part avec des enfants). Amis hypocondriaques : inutile d’embarquer toute une pharmacie, un hôpital, ou une salve de médecins avec vous ! À moins de vous exiler dans un no man’s land, il y aura toujours de quoi vous soigner en cas de besoin. Là encore, la liste présentée traite du minimum à avoir pour s’en sortir de façon autonome. Elle est bien évidemment à ajuster selon vos besoins et selon la destination du voyage. Si vous avez un traitement médical, ce dernier doit obligatoirement vous accompagner. N’oubliez pas non plus l’ordonnance de votre médecin traitant, auquel cas vous auriez besoin de vous faire délivrer d’autres médicaments. Elle peut-être aussi demandée lors de contrôles de police (à l’étranger en particulier), donc soyez en règle ! Si vous ne savez pas quoi mettre dans votre trousse de secours, je vous recommande celles de la Croix-Rouge. Elles se composent du b.a.-ba des premiers soins (gants stériles, bandages, compresses, ciseaux, sparadrap, couverture de survie) et très souvent elles ont des livrets explicatifs sur la manière d’alerter les secours et de prodiguer les gestes qui sauvent. Rien ne vous empêche aussi de prendre quelques pansements et autre kits de soins pour les mettre dans votre sac à dos (celui qui va vous suivre partout, telle votre ombre).

Ce que je considère comme « accessoires divers », ce sont ces choses tellement essentielles, que nous avons tendance à oublier la plupart du temps. Ces mêmes choses qui nous rendent complètement démunis lorsque nous ne les avons pas. Peut-être que j’exagère avec le « complètement démunis », mais avouez que c’est gênant de ne pas avoir sa propre paire de draps pour dormir dans le lit d’un hôtel (ce même lit où des centaines de personnes ont déjà dormi…ou pas d’ailleurs…beurk). C’est aussi un peu la galère quand nos petits objets technologiques tombent en rade de batterie et que les chargeurs sont restés à la maison.

Lorsque vous partez en voyage ou simplement en vacances (en France ou à l’étranger), assurez-vous toujours avoir certains documents sur vous. Concernant les personnes en elles-mêmes, il s’agit, entre autres, de la carte nationale d’identité, du passeport, des papiers afférents à l’aptitude à la conduite (permis de conduire, assurance, carte grise), de la carte vitale, de la carte d’assurance maladie européenne (utile à l’étranger, car elle prévôt sur la carte vitale), des titres de séjour, des cartes de handicap. Il se peut également que d’autres documents régissent une situation bien précise (comme je l’ai mentionnée plus haut, si vous avez un traitement médical soyez à même de justifier sa détention avec l’ordonnance de votre médecin traitant). Raisonnant comme une évidence, il ne faut pas omettre les titres de transport si l’on prend l’avion, le train, ou autre. Il faut également penser aux diverses réservations que vous auriez pu enregistrer à l’avance (billets pour des musées, des attractions, des concerts, etc). Dernière chose à avoir sur soi : de l’argent en liquide. Il ne faut pas non plus aller vider son compte, mais avoir juste ce qu’il faut pour le séjour. Attention aux vols donc favorisez les petites coupures et répartissez l’argent dans divers endroits (poches bien fermées, porte feuille, au fond du sac à dos, etc). Je vous conseille fortement d’avoir au moins un autre moyen de paiement comme la carte bancaire. De manière générale, à l’heure actuelle, on peut s’en servir (sans grandes contraintes) dans une grande majorité de pays étrangers. Je suis par contre davantage réticente à l’égard des chèques : rien qu’en France, beaucoup sont refusés suite à de trop nombreuses fraudes…donc, prenez vos propres dispositions de secours !

Vous vous doutez bien que lors d’un voyage ou de simples vacances, nous ne restons pas cloitrés à l’hôtel, ni dans le AirB’n’B, ni à l’auberge de jeunesse, ni au camping ou qu’importe l’endroit où nous posons nos valises. Au cours de ce break, nous sommes forcément menés à faire des visites, des promenades, des randonnées, etc. C’est là qu’interviennent les bagages à main, ou, plus communément appelés : sac à dos. Je vous conseille, au même titre que la valise, de ne pas y mettre toute votre maison, et de ne prendre que ce qui sera UTILE lors de vos excursions. Misez avant tout sur le confort et la praticité. Pour vous donner une idée, j’avais acheté le modèle E 22 XC QUECHUA, très pratique avec ses lanières réglables et toutes ses poches. C’est lui-même que j’utilise pour transporter mon matériel photo, et bien qu’au bout de plusieurs heures de marche, j’ai le dos en feu, ce sac reste une pure merveille ! C’est mon compagnon de route depuis plusieurs années et je refuse d’en changer ! Et j’imagine qu’une question vous brûle les lèvres : de quoi se remplit un ami si fidèle ?

EN RANDO / VOYAGE : je ne pars JAMAIS son mon reflex, ses objectifs et accessoires. Je n’oublie pas non plus mon Polaroid et un roadbook, au sein duquel je collecte pas mal de souvenirs (photos instantanées de lieux mythiques, tickets de toutes les visites effectuées, des fleurs, beaucoup de cartes géographiques, etc). Je prends également de quoi me ravitailler lorsque je pars en randonnée (gourde de 1/2 L, grosse collation, petites victuailles sucrées et couteau suisse). J’ajoute à cela un kit sanitaire minimaliste (pansements, sérum physio, Doliprane, mouchoirs) + de quoi survivre à une météo changeante (sweat, k-way, lunettes de soleil) + mes papiers d’identités + un peu d’argent. Il va de soi que je module le contenu de mon sac à dos selon les endroits où je vais et selon le moment de la journée.

AU QUOTIDIEN : le matériel photo et le kit sanitaire ne bougent pas du sac…jamais Ô grand jamais ! Si le sac n’est pas de sortie, j’y stocke tous les accessoires de l’appareil (chargeurs, batteries, cartes mémoires, télécommandes, filtres, trépieds, etc). Un sac qui reste au repos devient un véritable fourre-tout, mais de cette façon je sais où chaque chose se situe. Autrement, si je pars faire une petite promenade de santé (style Terra Aventura), je ne m’encombre que de l’appareil (sauf en cas de pluie), de mes papiers d’identité et du kit sanitaire.

LA CACHE DE DEUX MASCOTTES : je ne peux pas clôturer ce « what’s in my bag » sans parler de ceux qui ne quittent ABSOLUMENT JAMAIS mon sac, et ce qu’importe où je vais, qu’importe ce que je fais, qu’importe la météo. Je parle bien évidemment de mes nains voyageurs, connus aussi sous le blase « Dwarves Trotters » (dont vous pouvez retrouver les aventures sur Instagram).

En espérant que ce article réponde à quelques unes de vos interrogations

Cependant n’oubliez pas : remplissez vos compagnons de voyage de ce dont VOUS, vous avez besoin !

La parole est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.