…alors Marin possède un chat ! Un magnifique syllogisme inspiré d’une lecture sur les préjugés auxquels les blogueuses sont généralement confrontées. Elles sont jalouses des autres, elles sont blindées de thune, ce sont des moutons, etc. Le top des a priori qui m’a fait rire c’est celui-ci :  « toutes les blogueuses ont un chat ». A la limite de sous-entendre : « vous n’avez tellement pas de vie, que vous êtes obligées d’avoir un chat pour esquisser un semblant de relation sociale, avec un être, autre que vous même ». Pour une fois ce n’est pas si désagréable de se faire coller une étiquette dans le dos ! Cela me donne même l’occasion de vous présenter mon petit compagnon à quatre pattes.

Après tout, pourquoi une blogueuse devrait-elle se cantonner à bichonner son ordinateur, son téléphone, ses lecteurs, sa tasse de café, son desk planner et moult autres choses ? Lorsque nous passons des heures à écrire un article, il est parfois bien agréable de sentir une tête toute poilue se frotter contre notre bras. Une pause-câlin bien méritée pour Monsieur le Chat et sa maîtresse. Cette boule de ronrons qui accepte avec grande patience de nous voir pianoter chaque jour sur un clavier. Je ne pouvais certainement pas créer un site, qui s’intitule « dans la tête de Marin », sans vous parler de mon minet, TIPPY.

L’histoire d’un sauvetage

Depuis que j’ai mon appartement, je m’étais toujours résignée à ne pas prendre d’animal, pensant que la surface ne serait pas suffisante. Il arrive que le destin en décide autrement et remette en cause tous nos principes. C’est ce qui m’est arrivé un certain vendredi 13 Septembre 2013. Alors qu’avec ma mère, nous faisions notre promenade quotidienne, des petits cris aigus se sont fait entendre depuis un buisson. Arrêt sur image et oreille tendue, ce sont des « miaous » que nous avons fini par percevoir, jusqu’à tomber nez à nez avec un chaton. Vous pensez bien qu’en le voyant, mon premier reflex a été d’essayer de l’attraper. Bien que la tâche n’ai pas été des plus faciles, il a fini par se laisser attendrir (à coup de pâté et de croquettes). Nous sommes donc retournées à la maison, afin d’offrir un repas à mon petit protégé et de voir s’il allait bien. Mis à part un début de coryza et un nombril mal cicatrisé (nécessitant un rendez-vous rapide chez le vétérinaire) et une famine avancée, le félin était au top de sa forme. Par contre, je n’imaginais pas qu’un pot de colle sommeillait en lui ! Dès lors que je lui ai confectionné un nid douillet, il n’a cessé de ronronner et de me faire des tonnes de câlins. A cet instant, j’ai eu un déclic. Ce chat serait le mien et je serais sa nouvelle maman.

Une installation progressive

Pendant sa convalescence (suite à l’opération pour recoudre son nombril), Tippy est resté quelques jours chez mes parents. Je voulais qu’il prenne ses marques dans un endroit calme, qu’il puisse faire connaissance avec les autres chats de la maison et que sa petite infection, due au coryza, passe. Cela m’a donné le temps de parfaire son installation à l’appartement. Il s’est écoulé une quinzaine de jours avant que Tippy me rejoigne à Limoges. Premier voyage et…première galère ! Effectivement lorsque mon chat est venu pour la première fois en voiture, la caisse de transport était mal fermée. Monsieur en a donc profité pour se faire la malle et commencer à vouloir se balader dans l’habitacle. Étant, à ce moment là, sur l’autoroute, j’ai dû faire un arrêt de toute urgence sur la bande d’arrêt d’urgence. Je dois l’avouer, je ne me faisais pas fière. Surtout que je m’imaginais plein de scénarios où Tippy arrivait à se sauver du véhicule…autant vous dire que j’étais assez stressée d’affronter la ville. Heureusement, la suite s’est déroulée sous les plus belles augures ! Cela m’a fait tellement rire de voir cette mini boule de poils courir d’un bout à l’autre de l’appartement, de faire des roulades sur le lit et de continuer de jouer au pot de glu chaque fois que je m’installais à mon bureau. Je commençais un peu à redouter les instants où je devrais le laisser seul. J’étais encore à la fac de Droit donc : hors de question de louper les cours, même avec la présence de Monsieur le Chat. Au final, lorsque je rentrais, la plupart du temps, je le retrouvais en train de dormir paisiblement sur ma couette. A la longue, il a fini par reconnaître le bruit de mes clés, alors il arrivait qu’il m’attende derrière la porte. C’est une habitude qu’il n’a pas perdu !

Et aujourd’hui ?

Tippy, est en quelque sorte la définition exacte de l’enfant roi ; les gros caprices en moins. Je n’irai pas jusqu’à dire que je lui cède tout, mais il a une trèèèèès grande liberté (avec certaines limites à ne pas dépasser tout de même). Je me suis rendue compte qu’il passait avant beaucoup de choses et avant certaines personnes. Disons qu’il est dans ma vie depuis un bout de temps maintenant, qu’il a sa place (mais alors une grande grande grande place) et qu’il est inconcevable qu’une « nouveauté » vienne se placer devant. Ces derniers temps il restait pas mal à la campagne, du fait que je n’étais plus vraiment présente à mon appartement, mais également à cause de la chaleur (« four à domicile » ? Oui c’est chez moi !). La météo se montrant quelque peu plus froide, Tippy et moi-même allons pouvoir reprendre nos habitudes. Concernant ces dernières, la seule chose qui me rend réticente, c’est qu’avec mon nouveau travail, je suis rarement chez moi. J’espère donc qu’il ne s’ennuiera pas et que ça ne le prendra pas à miauler comme un dingue…comme à chaque fois qu’il se retrouve seul. Ce n’est qu’une question de réadaptation.


Racontez-moi votre plus belle rencontre animalière

Une réaction

  1. Mon histoire à moi commence un beau matin alors que je me trouvais sur un terrain que l’on me prêter pour posé ma caravane. Lorsque un matin des amis à moi vivant en camion mon demandé si il pouvait venir se poser tranquillement avec moi et leur 5 chiens. C’est alors que j’ai vu cette petite boule de poil descendre du camion de son prénom Spee. Les journées passais et comme à mon habitude depuis quelques temps je joué avec lui en l’appelant mon fils, se qui ne déranger pas mon ami alors que c’était son chien. Part la suite c’est se Spee lui même qui a commencé à prendre c’est habitude et à dormir avec moi dans ma caravane. Pandant plusieurs semaines à essayer de convaincre mon ami de me le donner sans bien sûr une réponse positive de sa part et arriver cette fameuse soirée ou mon ami m’a annoncé non pas qu’il me le donner mais que le lendemain matin il devait partir tôt et que donc Spee devait dormir avec lui dans le camion. Un peu dessus je lui dit oui car après tout c’était son chien non le miens.
    Le lendemain matin arriva et en me réveillant je vis que mes amis etair toujours là, je trouvais sa bisarre quand tout d’un coup je vis ma petite boule de poil arrivant comme un flèche dans la caravane suivit de mon ami. C’est alors que je lui est demander pourquoi il n’était toujours pas parti. Il me regarda avec une tête d’un mec qui n’avait pas dormi de la nuit puis me dit : viens voir le camion.
    Je mis suis rendu et en ouvrant la porte de son camion j’ai compris direct.
    Revenu à la caravane je lui proposa un café et lui qui n’en buvait pratiquement pas accepté et en me regardant un peu tristement me dit : c’est à contre cœur que je te dit ça car Spee est mon chien mais j’ai compris cette nuit qu’il t’avais choisi et qu’il préfère rester avec toi donc je te le donne.
    Et voilà comment j’ai récupéré cette grosse boule de poil enfin je devrai plutôt dire comment Spee a récupéré et à choisit son maître.

    J'aime

La parole est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s