ILLUSTRATION_Propriété de Marin

Des souvenirs d’enfance résident en ce lieu. Pas dans le restaurant lui-même, mais dans son environnement : l’ancienne route nationale 20. Je me souviens lorsqu’il fallait aller à Limoges, la chaleur dans la 205 de mes parents et moi, malade à l’arrière du véhicule. Puis les jeux avec mon frère, pour faire passer le temps : à qui aura le plus de coup de klaxon de la part des routiers. Cette époques des « routiers sont sympas », selon le grand Max Meynier. La vie était si simple, si dilettante. Aujourd’hui, avec l’autoroute, il ne reste plus que des âmes errantes sur la Nationale (devenue « départementale » depuis).

Ce restaurant routier est l’exemple même de l’abandon des commerces lorsque la Nationale fut désertée au profit du modernisme et de ces axes plus importants, plus rapides, plus gros… L’une des grosses différences qui m’a réellement marqué entre la N20 et l’A20, c’est qu’en roulant sur cette dernière, je n’étais plus malade comme auparavant. C’est quelque chose de bénéfique, mais d’un côté, j’ai l’impression que l’on m’a enlevé une part de moi même. Puis le jeu du « coucou-klaxon » aux routiers s’est estompé. Il est vrai qu’en grandissant, nous oublions certaines choses toutes simples…mais qui nous reviennent par bouffées de nostalgie en vieillissant.

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

En parlant de « bouffée de nostalgie », lorsque je suis allée au Salon du livre de Limoges, j’ai fait la rencontre d’une auteure qui a relaté la vie d’un ancien routier. Allez savoir pourquoi, la couverture du livre m’a fait penser à mon grand-père, alors sans pousser la réflexion à son maximum, j’ai « supplié » (il y a des choses contre lesquelles je ne peux lutter, désolé) ma mère pour que nous le prenions. Tout aussi amoureuse de la route que moi, elle n’a pu me refuser ce plaisir…sachant qu’elle même aurait craqué.

En le lisant, je me suis retrouvé dans certains paragraphes. Puis, je me suis arrêtée, quelque peu stupéfaite lorsqu’il a été question de la Nationale et du village où se trouve le restaurant « Chez Mélanie ». Je l’avais photographié il y a quelques années, mais son évocation dans le livre a de nouveau piqué ma curiosité. Il me fallait impérativement retourner le voir, constater avec amertume les dégâts du temps et surtout…me replonger dans le passé. L’idée de sublimer les détails du vestige en semi-ruine m’a obsédé tout le temps que je me trouvais entre ses murs.

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

A la fin de mon exploration, j’ai marché le long de l’ancienne Nationale et, comme si le hasard voulait provoquer les choses, j’ai fait la rencontre d’un ami de ma mère qui a toujours vécu à proximité du restaurant. Ce lieu servait à accueillir des bals et de grandes fêtes durant les weekends. Alors, j’imagine qu’en hiver, les belles cheminées des photos ci-dessus et dessous permettaient de réchauffer la grande pièce du rez-de-chaussée et d’apporter tout le confort nécessaire aux personnes de passage.

Vous aurez pu remarquer que, malheureusement, le temps et des invités non désirés ont laissé leurs traces. Un parquet délabré, un plafond imbibé d’eau (il est encore plus gondolé que lors de ma première visite), une tapisserie qui ne respire plus la fraîcheur… Je suis tant attristée de voir une détérioration aussi rapide. J’ai l’impression qu’une part de mon histoire s’écroule en même temps que le restaurant se fissure.

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin

ILLUSTRATION_Propriété de Marin


Par mesure de sécurité et dans un souci de garantir un respect entier du lieu représenté : aucune adresse ne sera communiquée. Merci de votre compréhension.

Une réaction

La parole est à vous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s